Le goût des mots

Publié le par Isabelle, tisseuse de mots

Le goût des mots

Je suis immobile devant ma page blanche. Patiemment, je guette les mots, espérant les surprendre, les attraper avant qu'ils ne s'envolent. J'aime les mots, leur saveur, leur texture, leur parfum, leur caractère. Je me délecte à l'idée de les recueillir au creux de ma plume, de les choisir puis les apprivoiser. Ils s'invitent chacun à leur manière...

 

Certains mots arrivent délicatement, avec toute la tendresse du monde. Ils sont doux au toucher : « ma chérie, mon amour, mon cœur, mon chaton, » d’ailleurs on les appelle les mots doux. Ce sont des doux doux. Ceux là chauffent le cœur et l'âme.

 

D'autres jaillissent d'un coup, sans prévenir, et sont très polluants, voir invasifs : ce sont les gros mots  « *## !!*§§§ »! Il est préférable de les retenir au début de l'idée et de les remplacer par des raretés qui ont fait leurs preuves (voir un certain capitaine H.) : « Percnoptère ! Escogriffe ! Ectoplasme ! Pithécanthrope !.. » et qui ont le mérite de détendre l'atmosphère.

 

Il y a aussi les mots qui coulent de source, comme « fontaine, rivière, eau, larme, » et qu'on a bien du mal à endiguer.

 

Les mots d'excuse « désolé, pardon, sorry, Entschuldigung, navré, mille excuses » sont lunatiques : parfois ils émergent sans problème, d'autres fois, ils restent enfouis bien profondément et sont terriblement difficiles à sortir.

 

De temps à autre arrivent comme ça, incognito, des mots invisibles, qu'on appelle les non-dits : ce sont des taiseux. Ils préfèrent le silence, le sous-entendu. Mais ils ont une fâcheuse tendance à développer de mauvais germes et à détériorer les alentours. S'en méfier.

 

Maintenant les voilà tous qui tourbillonnent dans ma tête ! Quel tapage !

J'en ai assez ! Ça suffit ! Je veux avoir le dernier mot, je le saisis : c'est le mot « fin » ! « Comme c'est fin ! » ironisé-je. Et je me dit que ça tombe plutôt bien que ce soit le mot de la fin..

 

Publié dans Vagabondages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article